Français/English (scroll down)

avec notre association alliée, Women In War (www.womeninwar.org)

à partir de septembre 2011: DES BOURSE D'ETUDES POUR LES ETUDIANTES DE L'UNIVERSITE AINSI QUE CELLES DU LYCEE PROFESSIONNEL, à KISANGANI (RDC)

L'Association FEMAID a mis en place des bourses d'études pour des étudiantes à Kisangani.
Une partie est destinée aux étudiantes en genre à l'université, l'autre à des jeunes au Lycée professionnal Chololo qui s'intéressent à l'énergie renouvelable.

L'université de Kisangani, située en pleine forêt tropicale congolaise à 1 700 km de Kinshasa est en train de mettre en place un département consacré à l'étude du genre. C'est particulièrement important puisqu'il s'agit d'une université les plus importantes du pays, située dans une zone de conflits et proche de régions où ont lieu des viols collectifs. Une pareille refléxion est donc urgente, ce qu'a démontré un séminaire que nous avons mené sur place en septembre 2011.
Cependant, pour des raisons économiques, il y a bien moins d'étudiantes que d'étudiants: comme en maints autres endroits, les études masculines sont privilégiées. En attendant cette inauguration qui aura lieu à la rentrée 2012, avec notre autre association Women in War, nous mettons en place un projet de soutien aux étudiantes en sociologie qui désirent mener une recherche sur le genre et conflit, ainsi qu'une étude liant genre, reconstruction et développement, comprenant un travail sur l'utilisation d'énergies renouvelables.

A Chololo, nous aidons de futures électriciennes à obtenir des bases pour l'apprentissage des énergies renouvelables. Même si celles-ci ne sont pas encore enseignées, cette formation s'intègre dans le projet sur les énergies renouvellables est mis en place avec l'association Ecoboyoma récemment créée pour mettre en place des projets liés à la préservation de l'environement et l'utilisation d'énergies alternatives. Les étudiantes représentent, pour le moment moins de 5%, il est urgent de les encourager.

Les frais de scolarité s'élèvent à 250 € par an. Il sera possible de mettre en contact tout donateur et une étudiante "sponsorisée".
La sélection des lauréates de cette bourse d'études se fera par le bias du département de sociologie et du CEREPSAN et de  l' Association ARED (Actions et Réalisations pour le Développement), de Kisangani.

Cette formation s'intègre dans le projet sur les énergies renouvellables est mis en place avec l'association Ecoboyoma récemment créée pour mettre en place des projets liés à la préservation de l'environement et l'utilisation d'énergies alternatives.

Contribuez généreusement à cette initiative unique et urgente par Paypal (www.femaid.org) ou par un chèque à l'ordre de Femaid ' (l'adresse sera communiquée à la demande)

Nous sommes heureux d'annoncer qu'à partir de la fin octobre 2011 nous finançons onze étudiantes pour quatre ans. Neuf d'entre-elles sont de l'Université de Kisangani, deux d'entre-elles de l'Institut Technique de Chololo . Ces lauréates étudient l'électronique avec une spécialisation sur les énergies renouvelables.

Une fois de plus, notre sponsor principal été le groupês d'amis SAMATA à qui nous adressons nos remerciements.
Le projet sur les énergies renouvellables est mis en place avec l'association Ecoboyoma récemment créée pour mettre en place des projets liés à la préservation de l'environement et l'utilisation d'énergies alternatives.

Voici deux des étudiantes en éléctronique qui commencent leurs études à l'Institut Chololo en janvier: Beke Beko et Angélique Losuno

September 2011: SPONSORSHIP OF FEMALE STUDENTS AT THE UNIVERSITY OF KISANGANI AND THE CHOLOLO TECHNICAL INSTITUTE

FEMAID has launched a sponsorship project for female students on gender on one side at the University and electricity on the other, at the Chololo technical institute, both in Kisangani, situated in the depth of the Congolese rain forest.

Kisangani University s setting up a gender studies departement.This is particularly important as this is one of country's most significant universities, set in the midst of conficit zones and close to the regions where collective rapes are taking place. Thinking through gender issues has become essential.
However, for economic reasons so frequent in many parts of the world, there are more male students than female.Female students need financial encouragement. Whilst waiting for finances to materialize for a true departnement to open, gender is being infiltrated into other areas of study, both in sociology and political studies

This is why we are setting up a sponsorship scheme, with our sister organisation, Women in War to pay college fees for female students in social sciences wishing to pursue research on gender and conflict, conflict resolution and development which includes alternative energy sources.

At Chololo, with Ecoboyoma a new association set up to work on environment saving energy projects in the area, we will be setting up courses on renewable energy. In the meantime, students in electrictronics need to aquire the basis for these skills, which why we are sponsoring female students.

The fees are evaluated at 250 € a year. Sponsors will be able to correspond with the student they are supporting.

The students will be selected by the Sociology departement by CEREPSAN with the association ARED (Actions et Réalisations pour le Développement), a local women's association.

Please donate to this urgent project by sending cheques and donations to Femaid's account (address sent on demand) or via Paypal- click on www.femaid.org

We are pleased to announce that, as from the end of October, eleven female students were sponsored, thanks to our faithful supporters, SAMATA.
Nine will be in the social Sciences Department, two will be for the Chololo Technical Institute for the department of electronics.This is intended to help female students (presently less than 5%) to learn about renewable energies through courses launched by
Ecoboyoma a new association set up to work on environment saving energy projects in the area.

Here are two students at Chololo Institute who are starting their studies in electronics, Beke Beko and Angélique Losuno

Octobre 2010: LA CONSTRUCTION DE TOILETTES POUR FILLES A L'UNIVERSITE DE KISANGANI EN RDC

Cette préoccupation d'apparence prosaïque est essentielle dans les universités africaines, en particulier à Kisangani où nous avons effectué un séjour en octobre 2010.

Cette université dessert les étudiants venus des provinces de l'Est où se déroulent actuellement les viols les plus effrayants.

J'ai pu constater l'état épouvantable des latrines, si toutefois on peut décrire de la sorte la hutte de boue sans eau ni lumière située dans un pré infesté de serpents tropicaux, affecté aux besoins des étudiantes.
Elles en souffrent et le perçoivent comme une forme de discrimination genrée, les garçons pouvant faire leurs besoins partout, y compris dans l'espace public. On le sait bien: dans les camps de réfugiés et ailleurs, de nombreux viols ont lieu su le chemin des latrines, ce qui ajoute aux dangers d'une situation véritablement insupportable.

Lors d'une conversation avec le Ministre de l'Enseignement Supérieur, le Professeur Léonard Mashako Mamba, je lui ai fait remarquer l'urgence de cette situation: il est tout à fait d'accord et a déjà inscrit ce problème dans les buts urgents de son Ministère.

Un budget a été établi. Un bâtiment de briques, éclairé, avec de l'eau courante avec 18 toilettes et lavabos est estimé à $10 000

Contribuez généreusement à cette initiative par Paypal (www.femaid.org) ou par un chèque à l'ordre de Femaid ' (l'adresse sera communiquée à la demande)

In association with Women In War, our sister organisation (www.womeninwar.org)

BUILDING WOMEN' TOILETS AT KISANGANI UNIVERSITY IN DRC

This seemingly prosaic preoccupation is a capital one for many African universities, including the one we are especially supporting, the University of Kisangani (UNIKIS) which is the institution attended by students coming from the Eastern provinces where mass rape occurs.

Having taught a seminar there in October 2010, I have see the dreadful state of what hardly could be called a loo, let alone a rest-room. It is reduced to an unlit mud hut in the middle of high grass, infested by jungle snakes. There is no water, no privacy and girls suffer from this, as can be imagined.
They perceive this as real gender discrimination and rightly so: male students as everywhere in the world relieve themselves wherever they can, no problem. Furthermore, it is on the way to latrines that many rapes traditionally take place in refugee camps and elsewhere, so there is a potential added danger in this situation.

In a conversation with the Higher Education Minister in Kinshasa, Professor Léonard Mashako Mamba I pointed this out to him: he was a full agreement and has already inscribed such projects in his Ministry's agenda.

We made a budget. A properly fitted building built in brick with 18 booths and running water comes to $10 000.

Please donate to this urgent project by sending cheques and donations to Femaid's account (address sent on demand) or via Paypal- click on www.femaid.org

BACK TO HOME PAGE

contact: