Altavista Babelfish Babelfish Libre
auf Deutsch in Nederlandse en français in italiano en español em português in Greek in Japanese in Chinese in Korean in Russian

Le Bilan D'FemAid
Au départ, en 2000 sous forme de site web, et depuis 2001 en tant qu'Association loi 1901 dans la région parisienne, nous travaillons principalement (mais non pas exclusivement) avec RAWA (the Revolutionary Association of Women of Afghanistan), la seule association feministe locale œuvrant pour une société laïque et démocratique contre le totalitarisme intégriste. Nous nous iteressons à tout projet pouvant contribuer à l'améliorations des conditions de vie des femmes dans ces sociétés intégristes.

Pour se faire une idée précise sur notre façon de travailler et l'éthique qui nous anime, prière d'aller lire nos rapports écrits sur place durant nos divers séjours sur place, de 2001 à 2005

FemAid sert de relais européen surtout pour l'œuvre humanitaire de RAWA, travaillant an Afghanistan et plus particulièrement au Pakistan sur des projets précis comme l’amélioration de conditions dans les écoles, la reconstruction d’un orphelinat, des bourses d’études, ce que vous pourrez découvrir sur notre site. En vue des conditions d'intense misère en Afghanistan et Pakistan, nous avons appuyé d'autres projets établis localement.

Après les événements de septembre 2001, les donateurs se sont montrés généreux. Cet enthousiasme est retombé et a fait que, en 2005, nous sommes réduits à nous concentrer sur des projets plus modestes que nous pouvons assurer sur une période de un an à dix-huit mois. Nous estimons néanmoins que nous avons plus à offrir que de l'argent: un engagement féministe durable, une aide logistique, une analyse extérieure et des liens affectifs qui nous lient à ces jeunes gens exceptionnels ainsi que leurs familles.

Nous avons décidé de privilégier un nombre de projets précis où nous assurons une continuité, plutôt que nous étaler dans ce qui risque d'être mal suivi. C'est ainsi que nous avons des comptes bancaires en Euros, US$ et £ sterling.

Comparée aux ONG plus importantes, notre travail est modeste, mais il est ciblé et efficace.

Depuis 2001 jusqu'à aujourd'hui, FemAid a assuré les projets suivants - certains fonctionnent encore, d'autres se sont arrêtés selon le besoin et la situation particulière. Voici les principaux porjets réalisés, présentés succintement en ordre chronologique:

- une aide aux enseignantes en Afghanistan

Nous contribuons aux cours d’alphabétisation pour femmes et jeunes filles en Afghanistan, organisés par RAWA, d’autant plus que le gouvernement actuellement au pouvoir vient d’interdire l’école aux femmes mariées, sous prétexte qu’elles pourraient parler de sexualité à leurs camarades ! Puisque dans les milieux ruraux, les filles sont souvent mariées dès l’âge de 13, une grande partie d’entre-elles (déjà interdites d’école à l’époque des Talibans), se voit privée de toute possibilité d’instruction, en dépit des promesses du monde entier ! La nouvelle génération des femmes “libérées” par Bush et consorts est condamnée à rester largement analphabète, avec des conséquences désastreuses pour l’ensemble de la société.

- une aide familiale aux refugiés

- A partir de la fin 2001, nous avons pris en charge de deux écoles primaires, une dans des bidonvilles à Rawalpindi et l'autre dans un camp de réfugiés géré par RAWA. Des cours d'alphabétisation pour femmes adultes s'y déroulent également.

Nous avons payé les loyers, factures diverses, salaires des enseignants, livres, fournitures scolaires. Ce projet s'est arrêté quand certaines des écoles RAWA ont été fermées et que nos revenus ont baissé, mais partiellement repris au camp de réfugiés de Khewa.

- Depuis 2002, l'association loi 1901 FemAid soutient un orphelinat mis en place par RAWA à Peshawar pour des enfants et des adolescents Afghans, lancé à l'origine grâce aux dons de la créatrice de mode Stella Mc Cartney (Sitara=stella=étoile)
Après 25 ans d'exil, quelques trois millions de réfugiés sont rentrés du Pakistan et de l'Iran, en dépit des conditions extrêmement difficiles et du danger qui sévissent en Afghanistan, surtout en dehors de Kaboul. L'UNHCR et le Pakistan ont particulièrement incité ces réfugiés à rentrer, en dépit de leurs fréquentes reticences. Il est vrai que les conditions de vie dans le NWFP, la région où est située la majeure partie des camps de réfugiés sont misérables pour tous ses habitants. L'argent des puissances mondiales est destiné à d'extravagants projets militaires, non pas aux pauvres, qu'ils soient Pakistanais ou Afghans.Néanmoins, un recensement de mars 2005 montre qu'il reste encore trois millions de réfugiés au Pakistan et 1,8 millions au NWFP, la région des camps. Ce qui montre que les conditions en Afghanistan sont encore pires et que l'existence de réfugié est devenue une option de vie, malheureusement, pour cette population

Il est probable qu'un nombre de ces orphelins rentrera au pays, auprès d'oncles et de tantes dans des villages reculés et d'autres resteront sur place. C'est pourquoi nous avons décidé de mettre en place des cours pemettrant l'apprentissage d'un métier et l'accès à une certaine independance: la menuiserie pour les garçons, la couture pour les filles. Cela a été possible grâce à votre générosité. Le premier cycle des cours, de janvier jusqu'à fin août s'est terminé à la fin 2004 et les filles qui sont parties ont emporté une machine à coudre manuelle
En septembre 2005 un autre orphelinat de Peshawar bénéficiera du même programme et 'Sitara' aura un professeur d'anglais qui donnera des cours et mettra en place une bilbliothèque pour les enfants.

Nous nous rendons régulièrement sur place pour constater l'évolution des projets et des problèmes qui surgissent immanquablement.

Nous avons acheté des lave-linge, refrigérateurs et TV pour tous les orphelinats et mis en place un budget pour l'achat de jeux et l'organisation de fêtes d'anniversaire régulières dans ces mêmes orphelinats.

Nous avons pris en charge la scolarité de trois jeunes filles chrétiennes à l'école Hatoon-e-Fatima à Islamabad. La communauté chrétienne au Pakistan - hormis les refugiés afghans- est peut-être la plus pauvre du pays. Ces jeunes filles vivent dans l'effrayant bidonville nommé French Colony.

En janvier 2003, nous nous avons apporté une aide médicale à la clinique de RAWA à Quetta (Balouchistan, près de la frontière afghane) et organisé des cours d'hygiène pour les femmes officiant aux accouchements.