School girls in Farah/écolières de Farah (juin/june 2006)

Une bibliothèque/CDI pour enfants et adolescents en Afghanistan

A public library for young adults and children in Afghanistan

avec/with Malalai Joya OPAWC, Farah Afghanistan

a FemAid/ACA joint project

KIDSREAD VIDEO ON/SUR YOU-TUBE http://www.acagallery.com/acagallery/media/video.php

Entrance to library building/entrée de la bibliothèque

Interior of library building compound with well+garden/intérieur de l'aire de la bibliothèque avec jardin et puits

more photos right at the end/plus de photos à la fin

FIRST SECTION IN ENGLISH / SECOND SECTION IN FRENCH

pour la section en langue française, voir plus bas.

   

Part one: project outline

Part two: photographs of the temporary library

 

Background situation:

Since the fall of the Taliban, an increasing number of children and young people have been attending school, more in fact than ever before as an effort has been made even in the remotest provinces to enrol students of every age. This is why classes are filled with pupils aged anywhere between seven and twenty, as young women are eager to get some kind of education. Even in distant villages, there has been a demand for schools. Furthermore an increasing number of children and adolescents have been returning to Afghanistan after many years abroad, forming the bulk of the 3. 5 million returnees that have been finding the way home since 2001[1]. In exile as refugees, many had the opportunity to lean English and other foreign languages. Today there are no public libraries and those that exist have meagre resources and are attached to universities, principally Kabul university where there are rebuilding projects with US partner universities[2], therefore only available to students.

A convivial library, well equipped in books, learning material, films and music with a language laboratory for individual learning of languages would be of the utmost necessity. Literacy classes are useless if no appropriate reading material is provided. Furthermore, without libraries, it would be impossible to maintain any previous knowledge of foreign languages as well as learning new ones, as young people fluent in English and other languages have generally chosen to work for NGOs rather than go for poorly paid teaching[3].

Projects aimed at youth are vital in a country where the median age of the Afghan population is 17.5[4]. This library is aimed at young students in primary and secondary schools and their teachers: because many girls learn to read at a comparatively late age, primary schools often bring together young boys and teenage girls. A special section will be reserved to very young children who are usually cared for by their older sisters or young mothers: illustrated books and toys will await them whilst their siblings use the other library facilities.

 

Brief description of the project:

The Public Library will be situated in the ancient city of Farah, south of Herat, one of Afghanistan's poorest regions. Population estimates vary through lack of official documentation and the sheer difficulty in undertaking any such research[5], but 200 000 inhabitants make up a conservative estimate. This library will be the first of its kind; furthermore, girls have been attending massively school since the fall of the Taliban. There is a 8000-strong student population in the city. The future library is located near the nearby Mirman Nazoo girls' school. There are 3000 female pupils there, studying in shifts, many of them former refugees, of which half of them are married and many mothers (marriage takes place quite often at 13 or 14 if not before).

 

On a field trip to Farah in June 2006 undertaken by Carol Mann of FemAid, we located a building with a  small garden and a well in the beautiful traditional ‘gumbazi’ architecture with cupolas, near the Mirman Nazoo girls' school and are hoping to acquire it and furnish it adequately. Solar energy will be used as a power source, which means introducing much- needed pioneering technology in this part of the world. This could create revolutionary for the whole country. Security must be assured through appropriate measures and staffing. 

The building and its contents will be donated to Malalai Joya’s NGO, OPAWC(Organization for Promoting Afghan Women's Capabilities)

 

To launch the project and until the funding is completed, we decided on a temporary library situated in a computer-course building. The American PRT in Farah whom we met are to donate shelves and tables. We bought about 50 books from Herat to start it off- mainly Iranian publications, encyclopaedias, poetry, novels, English-language, and French manuals. This is the just the beginning. OPAWC has a few cases of other books waiting to be set up on shelves as well.

In the first phase of the project, we plan to acquire and furbish the building and furnish it with books. We plan to buy many more. Illustrated encyclopaedias type books from abroad will be sent as well. Persian and Pashto books are the priority, but visual material from all over the world is necessary. English language material would be of great use as long as we provide free English courses for library users, something they are very keen about.

In the second phase, electronic equipment and multimedia will be considered. With the help of a committee that includes experts on Islamic law and Afghan custom, careful thought will be going into the choice of works and films to be sent, in order to avoid any adverse reaction, all of which should be catalogued and approved beforehand: fiction and non fiction, world literature, works covering the fields of sciences, history, technology, practical medicine, first aid, childcare, home economic,s social sciences, gender in an accessible form will be sent, as well as reference works (encyclopaedias, dictionaries and teaching aids).

 

More than a library, this should be a place for exchange and communication, study and active workshops, in collaboarations with other efforts to build up a civil society.

In the future, through computers and Internet facilities, links with other schools and cultural youth groups worldwide could be established. This library, situated in one of the key areas of Afghanistan could be at the centre of many cultural exchanges between young people and schools East and West.

From every point of view this is a pioneering project which will further Education for All and be of great help to the schools in the area.

Furthermore, for a society emerging from over a quarter of a century of war, a special area within the library with learning activities designed for young children will contribute to enrich perceptions of childhood generally. Half the pupils in the Mirman Nazoo are married and mothers, so the idea is that they could come to the library with their children. Playing does not exist, because the concept of childhood as a period of  discovery, learning and development is inexistent. Just as in pre-Enlightenment Europe, a child is considered just an incomplete, immature non-sexual adult who has to train for future hardship, especially girls. An area devoted to an Early Learning Centre, with creative games and toys will certainly advance the cause of childhood here.

 

Target audience:

The children and young people currently in the schools at Farah City

 

Name of School

Place

Exact Number of Students

 

Male

Female

Abunasr-e- Farahi high School

Farah City

1147

×

Agriculture High School

Farah City

118

×

Mirman Nazoo High School

Farah City

×

2417

Boys Secondary School # 1

Farah City

3541

×

Boys Secondary School # 2

Farah City

4760

×

Girls Secondary School # 2

Farah City

×

1736

Askar Abad Primary School

Farah City

735

915

Kaj Aab Primary School

Farah City

438

100

Girls Primary School of Char Bagh

Farah City

270

430

Girls Primary School  # 1

Farah City

×

1047

Bagh-e- Pul Primary School

Farah City

385

352

Girls Secondary School

Farah City

×

439

 

 

Partnership:

Our partner in this venture is Afghan MP for  Farah Malalai Joya. The success of any kind of aid project, however well-intentioned, is dependent on the local partners, especially in such a difficult context. Malalai Joya is without a doubt one of Afghanistan’s most courageous and outspoken members of parliament[6]She is becoming well known to the English-speaking public through her tour of the US and Canada this year. As a most vocal champion for women’s rights in her country,[7]she enthusiastically hosts host this project and her charity OPAWC (Organization for Promoting Afghan Women's Capabilities), registered in Afghanistan will be the implementing partner in charge in Farah[8]

 

Needs and problems:

We have established a preliminary list of essentials which could be bought over from France and Canada. Budgets for specific needs are required.

This will be done in two stages, first the books and then the electronic material.
The emergency is to secure the building, turn it into a reading library which schools can use and install a play area for young children.

The Persian and Pashto language books should be bought in Afghanistan, Iran and Pakistan. Encyclopaedias, visual books could be in part donated, and later reconditioned computers and other electronic material. We are hoping that schools could be involved in such a project. The French and Canadian sides of the project, FemAid and ACA Gallery are coordinating such donations.

Wed would very much like to partner with a school, a university, a library, a community, not just in Canada and France but the world over.

It seems essential to provide for the running costs for the first three years of this project as well as free English courses for the young people who attend the library

The major problem will be freight, government involvement is essential at this level. Through our friends at the PRT, we can send some books from the US through the normal postal service

In order for this project to succeed, we need the highest level sponsorship and support.

Estimated costs for this project: $ 165 000/ 125 360€ (excluding transportation, but including running costs for three years)

Project management:

This project is the brainchild of FemAid, a registered charity in Paris and ACA Gallery in Toronto which organizes and promotes art shows to support charitable causes. Both Carol Mann and Carol Mark have been to Afghanistan and working in the humanitarian field for many years.

Carol Mark is a trained psychiatric nurse and Carol Mann is a sociologist, with a PhD on the subject of ‘Traditions and transformations in the life of Afghan women in Pakistani refugee camps’ and has written a number of articles, including paper on the UNESCO website on the ‘woman question’ in Afghanistan

http://portal.unesco.org/shs/en/ev.php-URL_ID=9190&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

Other members of the Paris team include Wassila Ltaief, Ph.D in law and a specialist in Islamic law and Maghreb family law, and Manilee Bagheritari, B.A (UCLA, Berkeley)., M.SC (LSE) specialist in Gender Studies and consultatn with the United Nations.

There is room for more voluntary help both in Toronto and Paris!

In Peshawar, Pakistan, Khalid Khan, a journalist and specialist on Pashto Literature is responsible for the choice of Pashto books and publications for the library

Whilst each centre ((Paris, Toronto) will organize fund raising, monies will be centralized in a specially marked account at FemAid.

 

Support

We have the support of the Mayor of Farah and the directors of the girls’ school. We also have the support of the French embassy in Kabul, GSN in Melbourne (Global Sister Network) and encouragement from the US PRT stationed in Farah and UN Habitat in Kabul. More official support is forthcoming.

 

Final note, after the exploratory trip to Farah (June 2006)

Why build a library in a war-torn country ? On one level it seems self-defeating, pointless if Taliban are going to torch it. Should we stop at that ? The challenge is a far more vital one. The intensity of my voyage to Farah in June 2006 reminded me of my initiatory trip to wartime Sarajevo in the summer of 1994, I had encountered, for the first time this particular mixture of despair and hope. With Azra, an amazing woman from the city who had reorganized the education system in her neighbourhood, we dreamt of rebuilding their school. In those days, the siege felt interminable and  the return to a normal life seemed beyond the scope of imagination. But somehow it happened: together we created a small charity called ‘Enfants de Bosnie’ with the official patronage of UNESCO, the active help of the Council of Europe, the Swiss government, the Conseil régional de l’Ile de France and the French contingent of UNPROFOR stationed in Sarajevo, the miracle occurred. School children all over the world participated with letters, drawings and fund raising. The Skender Kulenovic school in Dobrinja is the most beautiful in the Balkans- see www.os-sk.edu.ba/historijat.htm. In the middle of the siege, whilst the future of Bosnia was uncertain, we managed to register the school on the UNESCO Associated Schools project scheme which turned it into Bosnia’s famous school!

 Likewise, the seemingly improbable library project remains emblematic of a future for the new generation of Afghans as well as our own kids. Their fates are intertwined : what affects women in Afghanistan ends up having consequences in our own world, as the rise of reactionary politics all over the world ominously demonstrates. Sharing literacy, literature, arts and games, a culture that is neither consumer nor religion orientated, creating a common set of references through positive dreams and social  ideals may create bonds that wars and politics might have otherwise irretrievably destroyed. The fight goes on, for them, for us. And  in our globalized society, your help will make a difference not just in Afghanistan, but in your own environment.

 

Carol Mann



PERSONAL DONATIONS CAN BE SENT DIRECTLY VIA FEMAID’S PAYPAL

VOUS POUVEZ NOUS ENVOYER VOS DONS SANS FRAIS POUR VOUS PAR LE SYSTEME PAYPAL EN CLIQUANT SUR LA HOME PAGE

YOU CAN DONATE BY PAY PAL ON THE HOME PAGE
JUST ONE CLICK AND YOUR DONATION IS ON ITS WAY WITHOUT ANY COST TO YOU

[1] UN statistics http://coe-dmha.org/Afghanistan/Afg050605.htm

[2] In 2002, initiatives were launched to rebuild libraries, including a UNESCO scheme and that between Kabul University library and Purdue University (Indiana) http://aaupnet.org/news/kabul.html. Pakistan appears to have promised help in this field as well http://www.afgha.com/?af=article&sid=28599

[3] This is a typical post-war situation which I also observed in Sarajevo where my previous NGO ‘Enfants de Bosnie’, sponsored by UNESCO was responsible for organizing the rebuilding of a prominent primary school, the Osnova Skola Skender Kulenovic://www.os-sk.edu.ba/historijat.htm in 1998.

[4] The World Factbook 2005 Central Intelligence Agency, on Wikipedia and answers.com http://www.answers.com/topic/afghanistan?method=5&linktext=Afghanistan

[5] David A. Jodice: On the Frontiers of Survey Research: Methodological Issues Involved in Opinion Polling in Afghanistan  Presented at the  57th Annual WAPOR Conference Phoenix, Arizona May 11-13, 2004 http://www.unl.edu/WAPOR/Upcoming%20Conferences/Phoenix/Papers/jodice.doc.

[6] See www.malalaijoya.com

[7] Tom Coghlan :”Afghan MP says she will not be silenced” Kabul, BBC News 27/1/2006 http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/4606174.stm

[8] http://opawc.malalaijoya.com

 

 PHASE TWO

The temporary library

In late January 2007, whilst waiting to get the funding togather, we have opened a temporary library, housed in a building used for computer classes

                                                                                                                                                                                                                                           

                                 AND NOW IN FRENCH ET MAINTENANT EN FRANCAIS

Une bibliothèque/CDI pour enfants et adolescents à Farah en Afghanistan

Un projet à réaliser avec Malalai Joya, parlementaire afghane et son association

OPAWC (Organisation for Promoting Afghan Women's Capabilities, ttp://opawc.malalaijoya.com)

Une collaboration de FemAid avec la ACA Gallery, une association caritative à Toronto www.acagallery.com

 

 

 YOU CAN DONATE BY PAY PAL ON THE HOME PAGE
JUST ONE CLICK AND YOUR DONATION IS ON ITS WAY WITHOUT ANY COST TO YOU

Première partie: présentation du projet

 

Seconde partie: Photos de la bibliothèque temporaraire

 

La situation en Afghanistan aujourd’hui:

Depuis la chute des Talibans, la scolarité a repris pour la majorité des jeunes en Afghanistan. De nombreuses jeunes femmes se retrouvent également sur les bancs de l’école à côté d’élèves bien plus jeunes, ce qui témoigne de la valorisation à tout niveau de l’instruction. Ce sont justement les femmes qui ont le plus à gagner des changements actuels et les revendiquent, même si le joug  de cette société patriarcale demeure à tout niveau social extrêmement pesant.

En dépit de l’ouverture de nombreuses écoles,  le niveau de l’enseignement, des livres scolaires, de l’accès à l’information reste variable, les régions les plus pauvres en pâtissent le plus. De plus, parmi les trois millions et demi de réfugiés rentrant en Afghanistan figurent majoritairement  des enfants et adolescents, après des années, voire toute une vie passée à l’étranger. Dans les pays d’exil, ils ont appris l’anglais, parfois d’autres langues y compris le français, d’autant plus que la France bénéficie d’une image positive en Afghanistan.

Il n’y a pas de bibliothèques publiques sur place et celles qui existent sont sous-équipées et réservées aux universités.[1]Les écoles n’ont généralement pas de livres de référence et même les manuels scolaires vétustes sont partagés par les élèves tandis que les enseignants n’ont aucun matériel pour faciliter leur travail. Les cours d’alphabétisation des femmes qui se sont ouverts partout en Afghanistan sont d’avance condamnés s’il n’y rien à lire.

C’est sur ce constat multiple qu’est né le projet de bibliothèque.
En effet, une bibliothèque conviviale, bien fournie en livres de base et d’usuels, et dans un second temps, films documentaires et musique, équipée d’un laboratoire de langues pour apprentissage individuel serait d’une extrême utilité. Sans ce type d’institution, tout maintien d’alphabétisation et de connaissances en langues étrangères est d’avance condamné, ainsi que l’apprentissage-même de ces langue. Il n’ a plus de professeurs qualifiés puisque les jeunes afghans polyglottes choisissent de travailler pour des ONG plutôt que dans l’enseignement[2].

Un tel projet est essentiel pour un pays avec une population aussi jeune, dont l’âge moyen se situe autour de 17.5 ans[3]. La bibliothèque est destinée aux élèves des écoles primaires et secondaires, ainsi que leurs enseignants[4], en particulier les jeunes filles qui  accèdent avec enthousiasme à l’instruction. se sont montrées. Ce projet pilote constitue un soutien à la scolarité, dans une perspective d’éducation pour tous.

 

La petite enfance a aussi sa part dans ce projet. L’Afghanistan ressemble par bien des côtés à la France de l’Ancien Régime: l’enfance en tant qu’étape privilégiée n’existe pas. L’enfant est perçu comme un adulte incomplet à former pour sa vie adulte. Les petits garçons apprennent à tirer avec des vrais pistolets et dès l’âge de quatre ou cinq ans, les fillettes s’attellent aux corvées domestiques et ont toujours la responsabilité des tout-petits. Par le jeu et la littérature enfantine, un nouveau regard sur l’enfance pourrait être amorcé. Pour une société qui sort d’un quart de siècle de guerre, un espace consacré à la petite enfance contribuera à valoriser les premières années de la vie en tant que période d’apprentissage par le jeu et les livres illustrés. La ludothèque sera située dans un espace spécial à l’intérieur du bâtiment.  Cela faciliterait le déplacement des jeunes mères ou des sœurs aînées qui ont la charge des puînés vers la bibliothèque.

 

Descriptif rapide du projet:

La bibliothèque sera mise en place dans l’ancienne ville de Farah, à l’ouest du pays, près de la frontière iranienne, au sud de Herat. La population très difficile à estimer se situe vraisemblablement autour de 200 000 habitants.

Lors d'un voyage en mai-juin 2006, nous avons trouvé le bâtiment idéal, construit de façon traditionnelle en briques avec des coupoles typiques (appelées ‘gumbasi’) de la région et rénové. Il est entouré d’un petit jardin, et possède son propre puits. Nous désirons innover dans la région en utilisant l’énergie solaire à peu près inconnue ici. Cette innovation aurait des effets positifs incalculables pour le pays entier.

 Le bâtiment est situé près de l'école des filles Mirman Nazoo, qui accueille 3000 élèves (en rotation), dont près de la moitié est mariée (l'âge du mariage se situant entre treize et quinze ans)

Ce bâtiment serait une donation à l’association afghane  OPAWC (Organisation for Promoting Afghan Women's Capabilities) qui serait le propriétaire du lieu et le gestionnaire du projet.

 

Nous procédons également à une réflexion sur la nature des ouvrages à envoyer et un tri soigneux avec l’aide d’un comité spécialisé en droit islamique et coutumes afghanes, afin d’éviter tout risque de problème sur place. Le catalogue complet des œuvres sur tout support sera établi au préalable. Les thématiques comprennent la littérature mondiale, l’histoire, la technologie de base, les sciences, la vie pratique, l’artisanat, le sport, le jardinage, la puériculture, le genre et les ouvrages de référence, dictionnaires et usuels Les langues nationales afghanes sont le dari (variante du persan) et le pachtou, mais des ouvrages très illustrés sur les arts et les sciences  venant de France et d’ailleurs seraient les bienvenus.

Lieu polyvalent et lieu de vie, la bibliothèque pourra servir à des rencontres, des ateliers et des cours pour enfants et adolescents. Il s’inscrit dans un projet d’éducation pour tous et sert de plateforme pour une collaboration avec d’autres projets sur place destinés à la construction de la société civile.

 

La priorité reste l’acquisition du bâtiment, l’achat d’usuels en langues nationales, l’installation d’une bibliothèque de base qui servira aux écoles de la ville, avec une aire of jeu pour les petits

 

Qui seraient les utilisateurs de la bibliothèque ?

 

Nom de l’établissement

Lieu

Nombre d’élèves

 

Garçons

Filles

Abunasr-e- Farahi high School

Farah City

1147

×

Agriculture High School

Farah City

118

×

Mirman Nazoo High School

Farah City

×

2417

Boys Secondary School # 1

Farah City

3541

×

Boys Secondary School # 2

Farah City

4760

×

Girls Secondary School # 2

Farah City

×

1736

Askar Abad Primary School

Farah City

735

915

Kaj Aab Primary School

Farah City

438

100

Girls Primary School of Char Bagh

Farah City

270

430

Girls Primary School  # 1

Farah City

×

1047

Bagh-e- Pul Primary School

Farah City

385

352

Girls Secondary School

Farah City

×

439

 

Dans un second temps, grâce à la présence des ordinateurs et éventuellement d’Internet des liens avec des écoles et des institutions pour jeunes du monde entier pourront être envisagés. Cette bibliothèque, située dans une région-clé de l’Afghanistan sera le point de départ d’une multitude de relations culturelles et amicales entre les jeunes générations afghanes et européennes.

 

En attendant

Afin de lancer le projet, nous avons établi une bibliothèque temporaire dans une pièce  située dans un lieu où se déroulent des cours d’informatique.  L’unité de reconstruction américaine sur place (PRT) nous fournissent les étagères et de notre côté, nous avons déjà acheté sur place une cinquantaine d’ouvrages (contes, poésies, dictionnaires, encyclopédies, atlas)  publiés en Iran et au Pakistan, l’édition en Afghanistan n’étant qu’à ses débuts. De plus, nous avons reçu une série d’ouvrages pour l’apprentissage du français de l’attachée de l’ambassade de France à Herat

 

Partenariat:

Nous avons décidé de nous associer avec la députée Malalai Joya de Farah, connue pour son courage et sa détermination[5]. C’est de l’engagement et du sérieux d’un partenaire et d’une association-relai que dépend la réussite à long terme de tout projet humanitaire, en particulier dans un pays aussi difficile. Ouvertement engagée pour les droits humains, ce député très célèbre en Afghanistan nous a manifesté son vif intérêt pour cet ambitieux projet qu’elle veut soutenir, par l’intermédiaire de son association humanitaire OPAWC[6], déclarée et enregistrée en Afghanistan[7].

En outre ce projet est réalisé en partenariat une association caritative canadienne, la ACA Gallery qui crée des événements artistiques sont les bénéfices vont directement à ce projet. En outre, sa directrice, Carol Mark connaît bien l’Afghanistan et nous avons déjà collaboré sur les projets antérieurs dans la région. www.acagallery.com

 

Soutien local:

Ce projet est soutenu par le maire de Farah et la directrice de l’école des filles Mirman Nazoo.

L’ambassade de France à Kaboul nous a également exprimé son soutien, ainsi que UN Habitat à Kaboul, le PRT américain à Farah et l’organisation GSN (Global Sister Network) à Melbourne en Australie. Nous attendons d’autres soutiens institutionnels.

Nous sommes à la recherche de partenariat avec une école, une université, une bibliothèque, une commune en France.

 

 Recherche de matériels et de fonds:

Nous avons établi une liste préliminaire de postes à pourvoir d’un côté, c’est-à-dire du matériel que nous recherchons et de l’autre des postes budgétaires précis.

La priorité est donnée aux livres, le matériel électronique viendra dans l’ étape suivante. 2000 ouvrages sont prévus pour commencer, surtout des usuels: dictionnaires, encyclopédies, ouvrages de référence.

Nous pouvons récupérer une petite partie du matériel, des livres illustrés et les jeux qui pourraient être donnés. Mais l’achat d’ouvrages reste prioritaire


Il en est de même pour l’organisation de la partie électronique. et les magnétoscopes qui doit être réalisée dans un second temps : nous avons choisi l’option de magnétoscopes où la plupart des ménages en Occident ont choisi de s’équiper en DVD. Nos partenaires canadiens se chargeront de la partie anglophone du projet ainsi que d’une section du matériel électronique.

Le problème principal demeure le transport. L’envoi par avion militaire paraît la seule option viable.

Afin d’assurer le maintien de cette bibliothèque/CDI sur la durée, un engagement institutionnel est essentiel. Nous désirons engager des fonds permettant la prise en charge des frais de fonctionnement pendant trois ans, ainsi que l’achat régulier de livres

Les sommes collectées seront centralisées dans le compte de l’association FemAid en France, sur un livret spécial consacré au présent projet.

 

Gestion du projet:

Ce projet à Paris est mené par l’association loi 1901 FemAid (www.femaid.org) active en Afghanistan et dans les camps de réfugiés depuis 2001. Sa présidente, Carol Mann, est sociologue, auteure d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS (Paris) en janvier 2006 sur ‘Les traditions et transformations dans la vie des femmes afghanes dans les camps de réfugiés pakistanais’ ainsi que de nombreux articles et présentations y compris un article sur les femmes afghanes récemment mis en ligne sur le site UNESCO

:http://portal.unesco.org/shs/en/ev.php-URL_ID=9190&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

L’équipe parisienne comprend également Wassila Ltaief, Docteure en droit, spécialisée dans le droit islamique et le droit de la famille au Maghreb et Manilee Bagheritari B.A (UCLA, Berkeley)., M.SC (LSE) spécialiste en études de genre et consultante aux Nations-Unies. Nous acceptons volontiers d’autres bonnes volontés!

A Peshawar au Pakistan, Khalid Khan, journaliste et spécialiste de la littérature pachtoue s’occupera de la section en langue pachtoue de la bibliothèque.

Le budget s'élève à $ 165 000/ 125 360€ soit l’acquisition du bâtiment, son aménagement et les livres usuels de base, la gestion sur place, les frais d’organisation à Paris et Toronto  pendant un an.

 

Note finale, après un voyage à Farah en juin 2006

 

Toute personne à peu près sensée se posera la question de savoir à quoi pourrait servir la construction d’une bibliothèque dans un pays qui s’enfonce plus de la marasme d’une guerre à peine larvée. Certes, à prime abord, de telles ambitions paraissent délirantes si les talibans et leurs sympathisants risquent d’incendier le bâtiment – d’où les considération de sécurité dans le  projet.


La question véritable qui se pose est celle de savoir si nous devons capituler là, tout de suite devant cette menace diffuse. Le défi est bien plus significatif et en vaut l’enjeu.

 

L’intensité de ce voyage en juin dernier me rappelait celui que j’avais entrepris autrefois en été 1994 à Sarajevo sous les obus; ce fut une véritable initiation à la guerre, mais aussi à la résistance des femmes qui motiva par ailleurs une reprise d’études qui aboutit à mon doctorat à l’EHESS. Pour la première fois, je rencontrai ce mélange très particulier de désespoir et d’espérance folle. Avec Azra, une femme remarquable qui avait non seulement refusé de fuir la cité en flammes mais encore recrée tout un système éducatif dans les sous-sols de sa banlieue laminée, nous avons rêvé de reconstruire l’école primaire de son quartier. A l’époque, la fin du siège et la reprise de la vie normale paraissaient au-delà de ce qu’il était possible d’imaginer. Mais notre rêve s’est réalisé à travers la petite association que nous avions créée toutes les deux, ‘Enfants de Bosnie’œuvrant ensemble, chacune dans sa banlieue. grâce au soutien de la ville de Malakoff, du haut patronage de l’UNESCO et du contingent français de l’UNPROFOR et  de nombreux efforts spontanés dans diverses écoles en France, aux Etats-Unis, en Suisse, en Allemagne, nous sommes arrivées à soutenir la scolarité pendant toute la guerre. grâce à l’aide du Conseil Régional de l’Ile de France, le gouvernement suisse, la Communauté européenne,  ce qui est sans doute la plus belle école des Balkans, la Osnova Skola Skender Kulenovic à Dobrinja  a pu être reconstruite  avec un splendide gymnase (voir www.os-sk.edu.ba/historijat.htm.)

De même, ce projet apparemment insensé d’une bibliothèque destinée aux jeunes, en particulier les filles, est l’emblème du renouveau de l’Afghanistan, guidant l’avenir de la nouvelle génération d’Afghans, mais tout autant nos jeunes, nos enfants dans un Occident somme tout moins confortable qu’il ne paraît. Leurs destins sont intimement liés: ce qui touche les femmes en Afghanistan a des conséquences sur les femmes de nos sociétés, ce que la montée de politiques réactionnaires et intégristes de par le monde indique de façon sinistre. Partager une culture fondée ni sur la consommation ni une obligation religieuse spécifique, mais la littérature, l’art, les valeurs sociales, une recherche de  justice et de tolérance, une certaine notion de l’enfance et des droits humains ainsi que le droit à la laïcité sert à créer des références communes A travers des rêves réalisables et des idéaux pratiques, nous pouvons créer des liens que la guerre et la politique pourraient à jamais annihiler. La lutte continue, tant pour eux et elles que pour nous. Et dans cette société globale qui est devenue la notre, votre aide ne servira pas uniquement en Afghanistan mais à votre environnement immédiat.

 

Carol Mann



[1] Des projets de reconstruction de bibliothèques universitaires ont été lancées à partir de 2002, avec l’UNESCO et quelques universités aux Etats-Unis http://www.afgha.com/?af=article&sid=28599

[2]C’est une situation typique de l’après-guerre que nous avons pu observer à Sarajevo où notre première association ‘Enfants de Bosnie’, sous le Haut Patronage de l’UNESCO, a été responsable de l’organisation de la reconstruction de l’école primaire Skender Kulenovic dans le quartier de Dobrinja à Sarajevo http://www.os-sk.edu.ba/historijat.htm, inaugurée en 1998.

 

[3] The World Factbook 2005 Central Intelligence Agency, Wikipedia et  answers.com http://www.answers.com/topic/afghanistan?method=5&linktext=Afghanistan

[4] Les écoles primaires sont souvent peuplées d’adolescentes qui accèdent tardivement à l’alphabétisation.

[5]Tom Coghlan :”Afghan MP says she will not be silenced” Kabul, BBC News 27/1/2006 http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/4606174.stm

[7] www.malalaijoya.com

 

 En attendant: la bibliothèque temporaire

En attendant de recolter les fonds, nous avons ouvert une bibliothèque temporaire fin janvier 2007

 

VOUS POUVEZ NOUS ENVOYER VOS DONS SANS FRAIS POUR VOUS PAR LE SYSTEME PAYPAL EN CLIQUANT SUR LA HOME PAGE

YOU CAN DONATE BY PAYPAL ON THE HOME PAGE
JUST ONE CLICK AND YOUR DONATION IS ON ITS WAY WITHOUT ANY COST TO YOU

VIEWS OF FARAH/VUES DE FARAH

Rooftop view/Vue à partir d'une toiture

Ancient Farah

Tupical interior of a housing compound/Intérieur typique

Young girls overlooking a roof-top/jeunes filles sur un toit

Entrance to library building/entrée de la bibliothèque

Boy standing standing typical 'gumbazi' earth cupola, tradtional architecture at dusk/Garçon sur une 'gumbazi' architecture de terre typique

Interior of library building compound with well+garden/intérieur de l'aire de la bibliothèque avec jardin et puits

School girls in Farah/écolières de Farah

Our friends from the US. PRT in Farah/Nos amis des unités de reconstruction américaines à Farah

Malalai Joya, elected parlementary representative from Farah with Carol Mann, President of Femaid, May 2006 in Kabul/
Malalai Joya, représentante de Farah au parlement afghan avec Carol Mann en May 2006 à Kaboul

 YOU CAN DONATE BY PAY PAL ON THE HOME PAGE
JUST ONE CLICK AND YOUR DONATION IS ON ITS WAY WITHOUT ANY COST TO YOU

KIDSREAD VIDEO ON/SUR YOU-TUBE http://www.acagallery.com/acagallery/media/video.php